« L’ENTRE-DEUX » | Danse de l’époque baroque à l’époque moderne

A partir de
12 Place(s) Max

DANSE

PROFESSEUR.E.S

OÙ & QUAND

20 Oct 2024
Au
26 Oct 2024
Adresse: Äußere Badstraße 7A, Bayreuth, Bayern, Allemagne

Du 20 au 26 octobre 2024

La phase de candidature est ouverte | 1ére phase des recrutement jusqu’au 30 juillet 2024 !

Pour qui ?

12 danseuses et danseurs et/ou étudiant.e.s dans ce domaine ayant un lieu de résidence en France et/ou en Allemagne – entre 18-35 ans

Frais de participation :

250 € incluant la pension complète et l’hébergement. L’hébergement se fait dans des chambres doubles. Nous ne pouvons malheureusement pas tenir compte des intolérances individuelles, mais nous essayons de proposer un plat végétarien. L’atelier est difficilement accessible aux personnes à mobilité réduite, les distances quotidiennes doivent être parcourues à pied.
Une partie des frais de voyage jusqu’à Bayreuth (0,16 € par kilomètre de distance) peuvent être remboursés sur demande grâce au soutien de l’OFAJ (voir conditions générales du forum).

De quoi s’agit-il ?

L’objectif de cet atelier est de découvrir et d’expérimenter une nouvelle approche de la notion d´«entre-deux». Nous développons des duos à travers deux mondes : d’une part celui de la danse contemporaine et d’autre part celui de la danse baroque.
Dans la danse contemporaine avec contact et portés, le duo prend une dimension sociale. Nous voulons donner de la valeur au partenaire, le côtoyer, l’accompagner, le bousculer aussi, mais toujours lui tendre la main et la tenir.

Face à cela, la danse baroque est replacée dans son contexte historique avec l’apprentissage des pas de base, un aperçu de la notation musicale Beauchamps-Feuillet (1700) et des extraits du répertoire. Ici aussi, nous nous concentrons sur les duos.

Entre les arts d’hier et d’aujourd’hui, entre l’idéal baroque et l’idéal contemporain, de nouveaux espaces de jeu pour la poésie apparaissent :

  •  L’être humain contemporain remet en question les codes spatiaux, le mouvement du corps devient un acte de langage : une identité incarnée.
  • L’être humain baroque tourne dans le cosmos autour du Roi Soleil : à la fois lié et libre, il crée son propre espace de règles et d’harmonie.

La nouvelle expérience proposée dans l’atelier avec les deux cultures esthétiques de la danse ouvre des voies et construit des ponts. Elle permet de redécouvrir des sensations et des perceptions, de nouveaux états de corps et une nouvelle relation à l’autre. Du baroque au contemporain, les danseur.euse.x expérimentent une relation dans laquelle ils et elles passent d’un langage à l’autre avec fluidité.

C’est dans cet espace intermédiaire que l’on joue : On se rencontre, on se mesure, on se confronte, on se transforme : le duo peut naître.

e.s explorent et entraînent leur propre intuition et leur relation avec les autres. L’exercice de base de la technique Meisner, la répétition, est entraîné de manière intensive ainsi que combiné avec des exercices basés sur cette technique. Les participants développent des scènes et acquièrent ainsi de l’expérience dans l’écriture scénique : tout comme un metteur en scène, ils prennent ensemble leurs propres décisions artistiques et deviennent eux-mêmes les auteurs de l’histoire racontée sur scène.

La technique Meisner a été développée par Sanford Meisner à New York dans les années 1930 et a acquis une grande notoriété en Europe au cours des 20 dernières années en tant que nouvelle technique d’entraînement des acteurs au théâtre ou dans le milieu de l’improvisation cinématographique. La technique Meisner repose sur la recherche d’une profondeur psychologique dans les personnages représentés, d’une véracité dans le jeu, d’une connexion sincère dans les relations entre les personnages sur scène, d’une capacité à toucher émotionnellement les acteur.ice.s et d’une capacité à être absolument dans le moment présent – à agir et à réagir à partir de celui-ci.

Dans le théâtre contemporain, les pièces sont souvent créées de manière spontanée et improvisée – on écrit directement sur scène – « écriture de plateau ». Cette forme moderne d’écriture abolit la séparation entre la création, la mise en scène et les acteurs sur le plateau. Les acteurs peuvent participer à la définition et à l’élaboration de leur rôle. Les histoires sont suivies et développées directement sur scène lors d’improvisations. La créativité et l’intuition de chacun se mêlent alors à celle du metteur en scène.

Les enseignantes :

Après des études au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, Diane SOUBEYRE danse pour de nombreux.se chorégraphes, dont Béatrice Massin, Pascal Montrouge, Laurence Levasseur, Guillermo Botelho, Gilles Schamber, Brigitte Dumez. Elle anime des ateliers en France : IUFM, formation pour les enseignants en milieu urbain (collèges, lycées) et est régulièrement invitée à enseigner au CCN, notamment à Aix-en-Provence (Ballet Preljocaj), Cie DCA (Philippe Decouflé), Cie Grenade (Josette Baïz), à l’Ecole Nationale Supérieure de Danse de Marseille (ENSDM), au Pôle National Supérieur de Danse PACA (PNSD).

Elle propose des formations en Asie centrale pour l’école nationale du Kazakhstan ou intervient comme formatrice en danse contemporaine pour les danseurs de danses traditionnelles en Afrique du Sud. Elle est titulaire du Certificat d’Aptitude aux fonctions de professeur de danse.

En tant que directrice artistique de la Compagnie Matières Libres, elle travaille à ouvrir l’art de la danse, à décloisonner la danse et à dépasser les frontières esthétiques. Elle vit à Aix-en-Provence et enseigne au CRR Grand Avigon.

Gudrun Skamletz est d’origine autrichienne et reçoit une formation pluridisciplinaire en Allemagne et en France. Elle travaille comme danseuse dans différentes productions d’opéra ainsi que dans des compagnies de danse contemporaine (Anne Dreyfus, Sébstien Ly, Gilles Baron, J.-F. Duroure) et de danse baroque (Christine Bayle, Béatrice Massin, Cécile Roussat et Julien Lubek, Hubert Hazebroucq). En 1999, elle obtient le prix d’interprétation PRIX VOLININE en tant que danseuse.

Depuis 2008, elle crée des chorégraphies dans plusieurs productions d’œuvres historiques ainsi que pour le théâtre musical contemporain. Gudrun Skamletz s’intéresse également au mouvement improvisé et développe sa propre compagnie Les Grands Ecarts depuis 2018, se consacrant à la transmission et à l’enseignement pour tous les âges dans les domaines de l’improvisation contemporaine et de la danse baroque. Elle enseigne régulièrement dans plusieurs conservatoires parisiens et dans l’Yonne, et donne des cours en tant qu’invitée à l’Université Mozarteum de Salzbourg, à l’école privée Stella Vorarlberg de Feldkirch et à la Zürcher Hochschule der Künste. Elle est titulaire des diplômes universitaires « Pédagogie Perceptive » (2010) et « Danse et Éducation Somatique » (2016). Depuis 2016, elle est membre permanent de la Compagnie Matières Libres.

ORGANISÉ PAR :

forum franco-allemand des jeunes artistes

Äußere Badstraße 7A, Bayreuth, Bayern, Allemagne

STAGES SIMILAIRES